La Santé en lutte !

Ce vendredi 21 juin avait lieu la première coordination des travailleurs-euses de la santé en lutte. Le mouvement a débuté il y a quelques mois dans les hôpitaux publics de Bruxelles et s’est étendu au privé et maisons de repos. L’enjeu était donc essentiel : étendre le mouvement à l’ensemble des travailleurs-euses du secteur.

La Coordination a rassemblé une soixantaine de participant-e-s ; travailleurs-euses de la santé, patient-e-s, pompiers, militant-e-s syndicaux & gilets jaunes. Le but de la coordination était de structurer et d’organiser la lutte à venir tant au niveau local qu’au niveau global. Si le mouvement entend dépasser la mainmise des structures syndicales traditionnelles, la 1ère coordination était majoritairement portée par des militant-e-s de la CGSP ALR (pour le public) et par quelques militant-e-s de la CNE (pour le privé).

Lors de l’assemblée les débats ont porté sur l’organisation formelle du mouvement, les cibles (les directions hospitalières, la région, le fédéral), les futures actions, la convergence avec les autres secteurs en lutte comme celui des pompiers. Ainsi, l’idée qu’il fallait s’adresser au gouvernement fédéral car c’est lui qui gère les questions de financement des soins de santé à été évoquée à plusieurs reprises tout en dénonçant le fait que les acteurs intermédiaires comme les directions hospitalière renvoient toujours aux problèmes de sous-financement.

Ce qui ressort des débats c’est la volonté de trouver des points communs et de mobiliser sur le terrain les travailleurs-euses des différents secteurs, mais aussi les différents métiers, le personnel syndiqué ou non mais aussi les patient-e-s. Le mouvement se veut large et le plus démocratique possible.

Les semaines qui viennent permettront de construire un cahier de revendication. Mais la question du refinancement de la santé est d’ores et déjà tout en haut des priorités. Sans oublier la revendication pour des conditions de travail dignes, des soins de santé de qualité pour toutes et tous ainsi que l’améliorations de la prise en charge des patient-e-s.

L’assemblée s’est aussi nettement exprimé pour rejoindre le mouvement du mardi des « blouses blanches » dans le privé et de construire la solidarité avec les pompiers en lutte.

La coordination de ce vendredi était une première étape dans la construction du mouvement des travailleurs-euses de la santé. Elle pose les bases d’une mobilisation plus large. La prochaine étape pour le mouvement sera d’organiser début septembre une Assemblée Générale et une grande mobilisation au mois d’octobre.

L’enjeux sera également d’étendre le mouvement dans les hôpitaux wallons mais aussi du côté flamand.